Quoi de neuf ?

Ben Michel en concert dimanche 9 juin

Apéro concert à partir de 19h30 avec Ben Michel :

Ben Michel est un auteur,compositeur, interprète, toulousain d’adoption. Après avoir joué dans différentes formations il se pose alors avec sa Weissenborn (guitare qui se joue posée sur les genoux), pendant un an et dans le secret, il écrit et compose une multitude de nouveaux titres avec comme seule envie, être soi-même. Il essaye, écoute de nouveaux univers, de nouveaux sons (Flume, Bonobo, Rag’n Bones Man, Jacob Banqs, Stromae, Orelsan) sort de ses propres sentiers, se cherche, expérimente et se trouve.

Son premier single « Comment c’est » est sorti le 8 avril 2019 et son tout premier EPsortira le 30 août 2019. La langue est le français, les titres mêlent électro, blues et rock.

Sur scène, Ben Michel est accompagné par Favo, qui officie aux machines et dubmaking !

Vernissage photo de Marie Aude Montier « Paysages urbains »

Dans le cadre des 11 mois ,11 photographes, le Cactus et le collectif  » Cactus Ça Pique  » sont heureux de vous annoncer l’exposition du mois de juin.

La photographe Marie- Aude Montier vous invite à visiter ses paysages urbains, une série de photographies numériques.
Elle y partage l’ambiance féérique d’un univers poétique et abstrait où la couleur émerge de l’ombre, des formes, de la ville et de la nature.
Vernissage le jeudi 6 juin à partir de 19h30.

NANS VINCENT en concert le dimanche 2 Juin

Apéro concert à partir de 19h30 jusqu’à 22h avec Vincent Nans.

BIO (mais pas écolo)

Nans Vincent n’aime pas parler de lui à la troisième personne, mais il le fait quand même, pas moi, lui.
Nans a appris à chanter très fort dans la rue, puis plus tard, a appris la nuance. Depuis il chante moins fort, et plus de gens l’entendent.
Nans a décidé de faire de la musique parce qu’il écrivait des pouèmes de pouète adoulescent : « je pense à toi, bla bla bla », après il a décidé d’écrire des chansons : « je pense à toi, la la la gratte-gratte ».
Il a grandi au milieu de la variété française, des puristes et des pas puristes. Brassens Brel et Ferré (puristes), Thiéfaine Cantat et Têtes Raides (pas puristes). Mais il aime aussi la musique qui tape fort sur la forme et le fond, Béruriers Noirs et Prodigy (puristes), Brav et Sniper (pas puristes).
Nans a joué avant les Têtes Raides (Bataclan) à 18 ans.
Nans a enregistré un EP avec un peu des Têtes Raides (à Lyon) à 19 ans.
Nans a fait dans les 200 concerts en 4 ans, pas à 4 ans.
Nans a demandé en 2016 à Youenn PadChoeur de jouer avec lui.

Nans et Youenn ont fait un album (à la Seyne) en 2017.
Nans et Youenn font de la Chanson Electro Rock : « Jpense à toi, boum boum boum solo d’gratte-gratte».
Nans et Youenn ont joué avant la Rue Kétanou (Cabaret Sauvage) à 22 et 20 ans.
Nans trouve cette biographie trop longue. Youenn ne l’a pas lue.
La suite, c’est la musique.
Bisous distingués, love ta mamie,
Nans Vincent, à la troisième personne.

MARCEL DORCEL et son orchestre de merde en concert le dimanche 26 mai

Début des festivités 19h30 …

Marcel Dorcel et son orchestre de m..» revisite les standards de la chanson avec une fraîcheur qui n’échappera pas aux plus fins amateurs de la provocation. Oreilles chastes et tympans rétifs à toute forme d’humour noir s’abstenir. Nico, Guin’s et Zébu décapent au vitriol. Rabelais, Sade, Brassens, Cavanna et Stravinsky doivent se gondoler sur leur nuage en entendant ces cancres d’élite atomiser les tabous. À la fin de chaque chanson on se demande comment ils pourront aller plus loin à la prochaine. Mais ils y vont avec un tel naturel qu’après les premiers instants d’effroi on se laisse encanailler, le rouge aux joues et la banane en bandoulière. Si «le rire est le propre de l’homme», avec Marcel Dorcel ça récure et ça fait du bien. Ça nettoie les âmes et ça ne se trompe pas de camp.
marcel dorcel

BOMBAY CLUB en concert dimanche 19 mai

Apéro concert à partie de 19h30 avec BOMBAY CLUB

On se souvient tous des incroyables concerts des Figues de Barbarie au Cactus ! Et bien  » Bollyver « , le chanteur, nous revient avec un tout nouveau groupe le Bombay Club.
Encore plus de Bollywood, encore plus de groove et rare funk !!!!! Une vrai machine à danser. « 

JUST SMILE en concert Dimanche 12 mai

Apéro concert avec JUST SMILE à partir de 19h30…jusqu’à 22h. Just smile,  trio qui prend au fil du spectacle des allures d’orchestre : Voix, piano, guitare, batterie, saxophone, accordéon, kazoo font swinguer un répertoire qui passe sans problème du swing de Harlem et la goualante de Paname.

Une chanteuse exubérante, deux vieux briscards attendris, une scène prenant des airs de speakeasy des faubourgs. Tout là-bas, au comptoir, Ella Fitzgerald rigole avec la Piaf tandis que Lady Day entame une java avec Francis Lemarque…

Voilà à quoi ressemble un concert de Just Smile !

just smile

Anniversaire du Cactus avec Boudu les cop’s et invités…le dimanche 5 mai

« Cette année pour fêter comme il se doit les 40 ans et des brouettes du Cactus, ce sont nos copines de Boudu les Cop’s qui viennent animer la soirée. En format concert et sans froufrous elles nous proposent une soirée autour de leur répertoire boudufiant mais aussi personnel à chacune et fêteront, elles, leurs 20 ans d’existence.
Une des dernières occasions de les écouter, puisque leur belle aventure prendra fin en juin.
A ne pas rater !!!! » Start 19h…

Vernissage photo « un été grec  » de John Lavoignat le jeudi 9 mai à partir de 19h

John nous raconte :

En 2007, la firme Polaroid cesse la fabrication de ses appareils à développement instantané, puis l’année suivante de ses films. Hommage, acte de résistance ou simple volonté de capter autrement la douceur de vivre de ma patrie de cœur, c’est aussi cette année-là que je décide de confectionner un carnet de voyage à l’aide de polaroids.

 

Comme un chasseur de papillons qui aurait troqué son filet pour un Polaroid One 600, j’arpente les rues d’Athènes et les petites routes d’Ikaria creusées par le soleil et le chant assourdissant des cigales. Je fouille les détails d’un quotidien paisible et accablé de torpeur, et tente d’en attraper au vol quelques échantillons. L’appareil, qui aurait pu figurer dans les Mythologies de Roland Barthes, tire alors sa langue au ralenti avec son petit bruit de roulement mécanique, pour me délivrer sa copie.

 

L’été me laisse tout entier absorbé par l’envie de saisir et conserver ces moments toujours fuyants, comme autant de témoignages de mon ravissement devant cette façon si particulière aux grecs d’appréhender le temps : de ne pas vivre dans le temps, comme sujets de ses lois, mais avec lui, main dans la main.